Pratique
Publié le

Oxygéner le lac

Depuis le mois d’avril, plusieurs dizaines de poissons ont été retrouvés morts dans le lac. Il s’agit exclusivement de carassins et parmi eux de femelles, qui sont perturbées par les variations fortes de température et ne parviennent pas à frayer et meurent, selon les explications du bureau d’études ID Eaux. Par ailleurs la Ville et le Siare mettent en place de nouveaux équipements d'aération sur le lac.

Un cycle naturel saisonnier

C’est un phénomène saisonnier concordant. « Le carassin est une espèce se reproduisant entre mars et mai, explique Jean-Philippe Delavaud, ingénieur aquacole et gérant du bureau d’études I.D.Eaux en charge du suivi du lac d’Enghien. « Les conditions climatiques de cette saison, avec des oscillations thermiques de l’eau, ont beaucoup perturbé les poissons, dont le système immunitaire est fragile durant la période de reproduction. Les femelles sont donc particulièrement affaiblies et courent un risque de surinfection, au contact de pathologies dans l’eau. C’est un phénomène fréquent chez les carassins à cette époque de l’année et totalement déconnecté de l’épisode que le lac a connu en août dernier. De manière générale, l’année a très mauvaise pour la reproduction des poissons, l’environnement climatique ne leur a pas été favorable.»

Ce bureau d’études, spécialisé dans l’expertise et le diagnostic des plans d’eau piscicoles accompagne la commune en particulier par rapport au phénomène des cyanobactéries présentes dans le lac et mène un suivi assorti de prélèvements, afin d’établir un plan d’actions adapté au lac d’Enghien. Pour rappel, le lac avait été atteint l’été dernier par une prolifération inhabituelle de micro-algues (favorisé par les fortes chaleurs et le déficit de pluviométrie) consommant l’oxygène de l’eau et conduisant à une asphyxie des espèces animales. « Les premières études ont conclu à la nécessité d’une aération palliative afin d’éviter la mortalité piscicole de l’été dernier », explique Jean-Philippe Delavaud.


De nouveaux équipements d'aération sur le lac 

C’est la raison pour laquelle, le SIARE, en partenariat avec la Ville, met en place de nouvelles mesures. Six hydroéjecteurs ou aquasubs seront installés dans le lac au mois de juin.

Conciliant aération et mouvements de masse d’eau, ces équipements permettront d’apporter de l’oxygène et viendront compléter les douze aérateurs prochainement aménagés pour créer des îlots d'aération continue, servant de zone refuge pour les poissons.